Fondée par les Arabes sur les ruines de la cité punico-romaine de Ruspina, Monastir est une ville côtière du Sahel tunisien située à une vingtaine de kilomètres à l’est de Sousse et une centaine de kilomètres au sud de Tunis.
L’un des avantages de Monastir est qu’elle est entourée par la mer Méditerranée sur trois côtés et vers le sud il y a le golfe du même nom que la ville, cela en a fait une destination appréciée pour profiter de ses deux plages les plus connues : Skanès et la Dkhila. Faisant partie des premières colonies arabes fondées en Ifriqiya, Monastir a su conserver les traces du passage de plusieurs civilisations telles que les Espagnols, les Ottomans, les Hafsides… La ville de Monastir est dotée de plusieurs monuments célèbres qui font le bonheur des visiteurs, à commencer par son ribat.

Cette imposante forteresse est la plus ancienne et la plus importante du Maghreb, elle a été édifiée en 796 et a été agrandie plusieurs fois. Il faut savoir que ce ribat abrite, au premier étage de l’aile sud, un musée des arts islamiques ; les visiteurs peuvent ainsi découvrir des céramiques lustrées, des verreries, des pièces de monnaie en or ou en argent… A proximité du ribat, se trouve la Grande mosquée qui date du XIème siècle et dont l’une des particularités est l’absence de coupole surmontant le mihrab. La ville de Monastir est aussi connue pour avoir vu naitre le premier président tunisien, Habib Bourguiba ; d’ailleurs un mausolée et une mosquée portent son nom. En effet, la mosquée Bourguiba a été bâtie en 1963 et s’inspirant de celle de Hammouda-Pacha à Tunis ; quant au mausolée de Bourguiba, il abrite la dépouille de l’ancien président depuis avril 2000.

Le style arabo-musulman moderne du bâtiment domine l’architecture. Le mausolée conserve aussi le bureau du palais présidentiel de Carthage sous Habib Bourguiba, ses stylos, ses passeports et carte d’identité, ses lunettes ainsi que ses photos et ses costumes. La visite de Monastir se poursuit en flânant dans les ruelles de sa Médina, qui est située pas loin du Ribat ; les artisans et les commerçants s’y réfugient et continuent de perpétuer les métiers de l’artisanat local.